Witchcraft #5

J’attaque aujourd’hui la dernière partie du Witchcraft. Est-ce que cette série de question vous a plu ou au contraire vous avez trouvé cela d’un ennui mortel ? C’est toujours intéressant pour moi d’avoir votre retour. Allez, c’est parti !


  1. Comment as-tu créé ton cheminement ? Qu’est-ce qui le rend unique ?
    Ça le rend unique car je tâtonne beaucoup, sans suivre de chemin précis. Je ne suis pas initiée par quelqu’un en particulier, un « maître ». Je me suis initiée seule et c’est ce qui fait ma force je pense. Mon cheminement se crée du coup seul, sans que j’y fasse attention. Chaque jour est un nouveau voyage, une nouvelle quête.
    En t’initiant seul, on est plus vite confronté aux difficultés, aux galères… J’ai eu parfois des sérieux moments où je me demande ce que je faisais, si j’avançais vraiment. Puis finalement, en prenant du recul, oui c’est le cas. C’est quand on tombe qu’on apprends plus vite, ne l’oublions pas.
  2. Sens-tu que tu possèdes certaines capacités naturelles ou affinités (prémonitions, écoute des esprits, etc) qui te guident sur le chemin de la pratique ? Si oui, quelles sont-elles ?
    Comme j’en ai déjà parlé sur le blog ça et là, il semblerait que j’ai une sensibilité avec la clairaudience. Ce qui explique beaucoup de choses dans ma jeune vie. Autrement prémonitions, voyance à proprement parler… je ne pense pas.
    Avant de parler de clairaudience, je me suis toujours sentie à l’écoute des entités et je pense que cela m’a permis aussi de m’écouter moi-même pour ainsi savoir ce qui me convenait ou non dans mon cheminement spirituelle et sorcière.
  3. Crois-tu pouvoir t’initier toi-même ou dois-tu être initiée par une autre sorcière ou un autre coven ?
    Du coup, j’ai déjà répondu à la question un peu plus haut…
    Je me suis initiée seule… J’aurais beaucoup aimé avoir une grand-mère, une tante… n’importe qui avec de l’expérience dans ce domaine tout proche de moi pour discuter, échanger. Malheureusement (ou heureusement !) ce n’est pas le cas. Mais finalement, cette façon de faire m’a mis face à moi-même et m’a permis de me dire « Là, ça va pas du tout ma grande. Va falloir changer ça » ou au contraire « Ben tu vois… tu sais très bien le faire. Garde confiance ! ». C’est un apprentissage rude mais tellement efficace.
  4. Quand tu as débuté, quelle est la première chose que tu as achetée ?
    C’était un livre (pour pas changer… je suis un rat de bibliothèque. Mais genre une bibliothèque chez moi… non dehors, y a des gens. C’est trop risqué). Et il s’agissait de « L’Almanach des Sorcières » par Avy Raé et Opakiona Blackwood. Il y avait aussi les livres de base sur la Wicca de Scott Cunningham.
  5. Quel est l’endroit le plus spirituel ou le plus magique où tu sois allée ?
    L’islande ! C’est un endroit qui a profondément marqué ma chair, mon existence. C’est d’ailleurs sur cette magnifique île que j’ai eu mon éveil spirituel. Un peu comme un choc, une réminiscence de vie antérieure… Cela a complètement bouleversée ma vie, moi qui était majeure que depuis quelques mois. Est-ce qu’un article complet à ce sujet vous intéresserait ?
  6. Quel est le conseil que tu donnerais à celles et ceux qui cherchent leur divinité patronne ?
    En premier lieu, n’en cherchez pas une à tout prix. Ce n’est pas parce que vous avez une divinité patronne que vous serez plus efficace, que votre cheminement spirituel et/ou magique sera meilleur. Au départ, je n’étais pas dans cette recherche… je ne l’ai d’ailleurs jamais été. C’est seulement au gré d’une conversation avec une amie qu’elle m’est apparue. À partir de là et seulement là, j’ai commencé à chercher à savoir qui elle était puisqu’elle était à mes côtés de manière très claire. Autrement, il faut savoir vous écoutez et comme dirait mon amie « Soyez tolérant envers vous-même. Ne vous mettez pas la pression, cela n’engendre rien de constructif ». Je confirme !
  7. Quelles techniques utilises-tu pour parvenir à la « zone » lorsque tu médites ?
    C’est une excellente question ! Est-ce que je suis déjà arrivée à cette « zone » vraiment ? Je ne sais pas, je n’en suis pas sûre. Je sais que la méditation est quelque chose d’important et qu’elle m’aiderait à avancer, à me connaître davantage. Sauf que je n’ai pas encore pris le temps de m’y pencher sérieusement. En cherchant des excuses peut-être… mais il y a toujours une priorité dans ma vie de « moldue » qui m’empêche de venir à cet état alors que justement, la méditation m’aiderait certainement à faire face.
  8. La visualisation te vient-elle facilement ou as-tu besoin d’entraînement ?
    Je dirai facilement. Depuis petite en fait je la pratique sans savoir à l’époque qu’on appelait cela ainsi. Fille unique avec une imagination débordante, la visualisation m’a beaucoup aidé. Je me construisais des histoires en imaginant des endroits complets, des lieux ou des objets. Pendant longtemps j’ai pensé que cela ne me servirait jamais et au contraire, dans ma pratique de sorcière, ça m’est très utile.
  9. Préfères-tu le jour ou la nuit ? Pourquoi ?
    Avant tout, je préfère les « intersections », à savoir le crépuscule et l’aube. Ensuite, je préfère la nuit. Mais pourquoi… ? Hum… visuellement déjà. Je trouve que le crépuscule et l’aube ont généralement des couleurs absolument magnifiques. Puis énergétiquement aussi… je ressens le transfert à chaque fois quand les énergies nocturnes arrivent puis le matin, celle de la journée. Je ne saurais véritablement expliqué pourquoi mais je me sens bien à ces moments-là. Et il y a un côté mystique.. comme si on ouvrait à chaque fois une porte vers les Autres-Mondes. Quant à la nuit, c’est parce que c’est plus calme. Le temps semble s’arrêter… et même si je suis quelqu’un qui a besoin de beaucoup de sommeil, je suis plus efficace spirituellement et sorcièrement parlant la nuit.
  10. Pour toi, quel est le meilleur endroit et le meilleur moment pour lancer des charmes ?
    Eh bien cela dépend du charme, son intention, son but. Nouvelle lune, Pleine lune… Quant au lieu, je privilégie la pièce où se situe mon autel car j’ai tout à portée de main.
  11. Comment t’es-tu sentie pour ton premier cercle ? As-tu trébuché ou tout s’est-il au contraire bien passé ?
    Il s’est bien passé mais rohlala le manque de confiance en moi… J’attendais presque à chaque fois que quelqu’un me chuchote « C’est très bien, continue ainsi ». Mais hormis mon stresse de perfectionniste à la noix (de cajou s’il vous plaît), tout s’est bien passé.
  12. Crois-tu que la sorcellerie devient plus facile avec le temps et la pratique ?
    Non, elle ne devient pas plus facile. Quel serait l’intérêt ?  Je pense qu’elle se complexifie, qu’elle devient plus riche. Après, cela dépend du pratiquant et de ce à quoi il se fixe comme objectif. Si son but unique est de savoir lancer des charmes pour que Jacqueline revienne à lui, alors certainement qu’à force, cela sera plus facile car il « maitrisera » son charme sur le bout des doigts. Mais si au contraire, on souhaite en découvrir et connaître davantage alors là… il ne faut guère s’attendre à de la facilité. La seule facilité que l’on peut peut-être en tirer est l’assimilation des choses. À force de pratique, on comprend plus vite comment agir, réagir etc.
  13. Crois-tu en plusieurs dieux ou en un seul Dieu aux multiples visages ?
    D’instinct, je répondrais à plusieurs dieux mais au fond de moi, je ne sais pas si c’est la « bonne réponse ». C’est une excellente question à laquelle j’ai vraiment du mal à me faire une réponse claire…
  14. Manges-tu de la viande, des oeufs et des produits laitiers ?
    Ouh… ça c’est LA question qui divise dans notre société moderne. Je vais essayer d’y répondre de manière claire et le plus simplement possible..
    Depuis le début d’année, je ne mange plus de viande ni de poisson et le moins possible d’œufs, produits laitiers. Pourquoi ? En premier lieu, car j’ai eu une prise de conscience sur la manière dont actuellement nous produisons ces aliments. À savoir élevage en masse, à la chaîne dans des conditions inhumaines dont nous jetons au moins la moitié à la poubelle. Ce qui signifie que nous tuons pour rien. Ça, je ne peux pas le cautionner, je ne peux plus. Ensuite parce que ces produits ont été tellement transformés pour qu’ils gardent leurs « fraîcheurs », bourrés d’antibiotiques car on sait que la manière de faire est un terrain de jeu pour les maladies etc. que non, je ne veux plus manger ça. Je parle donc là principalement de viandes, poissons et œufs. Cependant, en soit, je ne pense pas que manger de la viande, du poisson soit mal. N’oublions pas d’où nous venons. Mais à l’heure actuelle et dans notre société, ce n’est plus nécessaire pour notre développement. Nous savons où trouver les différents aliments nécessaire pour notre bonne santé (protéine, calcium, fer etc.). Du coup, je me dis que si je peux éviter de faire souffrir des animaux qui n’ont rien demandé, je préfère. Ma conscience se porte mieux.
    De plus, nous n’avons plus ce rapport à l’animal. Je pense notamment aux amérindiens qui chassaient le bison certes, mais utilisaient TOUT de l’animal et surtout, c’était le stricte nécessaire, pas en masse. Ils le remerciaient pour son sacrifice, l’honoraient. Alors vous me direz « Ouais enfin l’animal il s’en fou, il est quand même tué ». Oui, mais on avait du respect et on comprenait ce que notre geste engendrait à savoir prendre une vie. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. On va dans un supermarché prendre un morceau de bidoche sous vide et voilà. Ça aussi, cela me dérange.
    Concernant les produits laitiers, je ne peux plus cautionner pour la simple raison que j’estime que c’est contre-nature. Nous sommes le seul animal à boire encore du lait en étant sevré et de plus, d’un autre animal. C’est illogique au possible à mon sens… Quant au mode de fabrication aujourd’hui, il est tout simplement abominable.

    Je sais que je ne vais pas me faire des amis avec ce genre de discours mais au moins, je me sens mieux ainsi et j’ai senti une réelle différence sur ma santé. C’est ce qui est le plus important au final. Mangez ce que vous voulez du moment que vous avez bonne conscience.

  15. Quelle est ta couleur préférée et pourquoi ?
    Le noir parce que c’est tellement daaarkdelamortquitue. Non sans rire, le noir. Pourquoi ? Aucune idée. J’aime les couleurs, mais dans la nature ou par touche. Typiquement, j’ai toujours eu les cheveux colorés (mauvais pour la nature, I know… Je fais du mieux que je peux hein !) mais ma garde-robe est composé à 99% de vêtements noirs. Je m’y sens mieux. Sinon, j’aime le rouge pour le côté passion et c’est la couleur du sang, de la vie quelque part.
  16. Quelle est la question que te posent le plus souvent les non-païens ou non-pratiquants, et que réponds-tu habituellement ?
    Des questions cons, simples mais tellement lourdes… vous devez tous y avoir droit.
    La plus belle a été quand même « Tu sacrifies des bébés les pleines lune ? » Bien sûûûûûr ! J’ai que ça à faire tient…
  17. Lequel de tes cinq sens penses-tu être le plus fort ?
    Je ne saurais dire. Ils sont tous tellement important… peut-être l’ouïe.
  18. Y a-t- il une règle païenne ou sorcière que tu prêches mais ne suis pas ?
    Non, c’est quoi l’intérêt ? En quel honneur je pourrais donner des conseils et au final, ne pas l’appliquer. C’est un non-sens. Après, je peux donner des conseils et parfois avoir du mal à les suivre à la lettre car moi-même j’apprends à les mettre en pratique.. c’est humain finalement. Mais j’essaie au maximum de faire ce que je dis, pour être le plus juste et crédible envers moi-même.

Le Witchcraft est désormais terminé ! J’ai beaucoup aimé répondre à ces différentes questions et j’espère que vous aurez eu du plaisir. Si vous êtes arrivé jusque là, CHAPEAU !
Auriez-vous des envies d’article ?

Amicalement,
Evá

About

You may also like

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *