Le choix de la réincarnation

Initialement, j’avais prévu de me coucher vers 22h car demain, je travaille. Je me suis décidée à griffonner quelques réflexions dans un journal pour me « décharger » des émotions que j’ai accumulé ces dernières semaines. Et ça finit en un article sur le blog, par envie.

Depuis quelques mois même, c’est la merde en Terre du Milieu. J’aide des proches du mieux que je peux, Jacqueline (oui, parfaitement.) si tu passes par là, je t’embrasse et j’en profite aussi pour un bisou esquimaux avec Gérard. BREF.
Avec le temps, j’en apprends davantage et je me rends compte que ma vie a toujours été rose et presque licornieuse (tout à fait) avec des paillettes partout. Mais tout le monde n’a pas cette « chance ».

Au vu de ce que j’estime être de l’injustice, j’en viens à me poser des questions sur certains fondements de ma spiritualité et de mes croyances. Je crois à l’existence des âmes. Je crois que nous nous réincarnons avec un délai qui varie entre chaque vie. Je crois que nous choisissons de nous réincarner en tel ou telle personne, avec tels parents pour vivre cette vie. Mais… pourquoi ce choix ?

À quel moment, nous (notre âme, tu suis ? merveilleux !) décidons de nous réincarner dans une vie où nous y vivrons un abus sexuel ? À quel moment, nous choisissons une vie où nous vivrons un harcèlement ?
À contrario, à quel moment, nous décidons d’être un violeur ? À quel moment, nous décidons de nous réincarner en un parent qui violente ses enfants ?

Nous avons toujours le choix. Oui nous pouvons choisir de violer quelqu’un ou non, mais il y a des éléments de vie qui sont tracés, qu’on ne peut modifier. Le Destin avec un grand D. Le Wyrd, celui que les nornes tissent de là-haut.

Bien sûr, nous  ne sommes pas forcément obligé d’agir comme le bourreau. Peut-être que nous sommes dans cette vie pour apprendre à ne pas l’être justement. Mais dans le cas de la victime, sommes-nous assez maso pour l’accepter ? Pour nous réincarner exprès pour vivre cela ? Pourquoi ? Pour y tirer une leçon ? C’est dur. Trop dur. Nous faut-il souffrir jusqu’à ce que cela détruise notre vie pour y apprendre quelque chose ?
Oui, dans la souffrance nous pouvons tirer des leçons, mais il y a un degré d’acceptable, non ?

Je tenais à vous partager cette réflexion d’un dimanche soir, peut-être écrite sous le coup de l’émotion. Si vous avez des idées, votre avis sur la question, je vous lirai avec plaisir.

About

You may also like

4 commentaires

  • C’est sur que ces questions sont bonnes à poser!
    Après (et ce n’est que ce que je pense, peut-être que je peux me tromper!), je pense que l’on peut aussi choisir de rester comme on est après notre « mort » physique, et de ne pas se réincarner, ce qui simplifie un peu les choses (:

  • Je te conseil fortement les livres de Patricia Darré qui répondront à bon nombre de tes questions.
    Pour ce qui est du « pourquoi » on se réincarne dans ce type de vie, c’est très simple. Lorsque nous ne sommes plus physique, nous n’avons plus les émotions « humaines » et nous ne voyons que la fin de processus de la vie, le « but » à atteindre. On ne peux pas comprendre les émotions humaines et encore moins les notions de temps. Là-bas c’est complètement différent.

    Pour ma part, j’en ai grave chier dans ma vie, c’est loin d’être fini, j’ai pas une famille vraiment sympa, mais j’ai des parents merveilleux. Je sais que dans d’autres de mes vies, je n’ai pas été la plus exemplaire des personnes (trèèèèèèèès loin de là :s) et bien maintenant j’expérimente l’autre face de la pièce et c’est difficile. ^_^’

  • Je réfléchis trés souvent à cette croyance des  » dettes karmiques » , des fois je me demande si ce n est pas juste un moyen de rendre les pires épreuves plus acceptables. Je doute du fait qu on paye certaines choses d une vie à l autre, en revanche , je suis persuadée que les enfers terrestres nous font évoluer vers le divin si nous savons aborder la vie de manière sacrée et spirituelle; et qu ils sont pour beaucoup un passage , une initiation vers…. ( encore une manière de rendre les choses plus acceptables?) L enjeu de nombreuses vies est d apprendre à ne pas subir leur Wyrd justement, le défier, le transformer. C est ce qu enseignent les traditions sorcières par exemple.

    • Merci pour ton commentaire ! J’aime beaucoup ta façon de voir les choses.
      Qu’entends-tu par « les traditions sorcieres » ? Pourrais-tu m’en dire plus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *