Il y a plus de portes que de clés dans mes poches

Fût un temps où j’aurais pu dire « J’avais envie de prendre la plume et de vous écrire quelques mots » sauf qu’à l’heure actuelle, c’est beaucoup moins glamour de dire « J’avais envie de prendre le clavier… ». BREF vous l’aurez compris, j’avais envie d’écrire puis cela me permettra de poser mon genou blessé (oui je suis tombée vendredi en ville sur le bitume, mon genou a tout pris et la peau a été arrachée, collée à mon jeans – j’espère que tu ne déjeunes pas ! – du coup, le moindre mouvement me donne des sensations de brûlure et décharge électrique).

C’est une période… compliquée pour moi. Enrichissante sous certains aspects mais malgré tout, compliquée.
Les problèmes de santé que rencontrent mon Barbu m’inquiète vraiment. Je me sens si impuissante. Et maintenant, il y a également mon père qui est au bord du burn-out. À côté de tout ça, l’administration n’avance pas et nous ne recevons aucune aide de nul part. Du coup, je me sens seule face à tous ces problèmes. Alors je vous vois venir « Mais t’as le Barbu non ? Il t’aide pas ?! ». Si. Évidemment. J’ai une chance énorme que malgré tout ce qu’il vit actuellement, je puisse compter sur lui. Mais je parle d’un soutien externe à mon couple. J’ai perdu la seule personne sur qui je comptais et même si quelqu’un se présentait, est-ce que je peux seulement lui faire confiance ?

Alors ce qu’on vit nous enrichi, nous endurci et rapproche notre couple. Nous sommes toujours plus fort face aux différentes épreuves. Mais est-ce que j’ai une leçon à comprendre en particulier pour qu’ensuite le cycle tourne ? Ou je dois simplement « attendre » ?

Les études pour le Coven m’aide à me changer les idées et j’en apprends davantage sur moi-même. Par exemple, j’ai découvert que j’étais très élément Eau, tout ce qui est lié à l’émotionnel. C’est « marrant » que cela ressorte car en y réfléchissant bien, je bride mes émotions notamment avec ce qu’on vit. Je me suis rendue compte que j’encaisse ce qui se passe, sans broncher (Ceci dit, je prends mes émotions par kilos. Une autre découverte et qui explique mon état… y a du progrès au moins !). Parfois y a un trop pleins et je craque, un peu, mais jamais réellement. Toujours avec retenue.
Puis en faisant un travail sur moi-même, j’ai compris la source du « problème ». Les émotions fortes, intenses sont associées dans mon inconscient à quelque chose de dangereux, de mauvais. Pourquoi ? Parce que j’ai une mère borderline. Et que j’ai vu les émotions à travers elle, sans que je comprenne, que pour la plupart, étaient déformées par la maladie. Maintenant que j’ai compris ça, je peux travailler là-dessus.

J’ai également eu la confirmation de deux grandes blessures de mon âme. La blessure de l’abandon et celle du rejet. Cela confirme ce que j’ai vécu pendant 2 ans et qui n’est qu’un rappel de ce que j’avais vécu il y  a 4 ans, sous une autre forme sans que je n’aie compris réellement la leçon. J’espère que cette fois, c’est bon.

Comme vous pouvez le constater, assez peu de magie pratique mais beaucoup d’études/remise en question. C’est une période comme une autre après tout mais si enrichissante malgré que certaines découvertes soient douloureuses sur le coup.

Bref, tout cela pour dire que « Il y a plus de portes que de clés dans mes poches » (si tu connais cette référence sans cherche sur tonton Google, je t’aime), c’est exactement ce que je ressens. Je suis là, devant des centaines de portes représentant mes questions, mes choix, et je ne sais pas lesquels ouvrir. Si seulement je le peux vraiment.

 

About

You may also like

2 commentaires

  • Bon courage à toi pour cette période! C’est un peu compliqué par ici aussi ces derniers temps, je te comprend.

    Le travail de fond est nécessaire de toute façon, ce n’est pas de la magie pratique mais en fait si quand on y pense 😀 (je comprends ce que tu veux dire par pratique hein, mais je trouve vraiment que finalement, ça fait partie du tout^^)

  • Ha les troubles alimentaires… les tourbillons d’émotions qu’on tente de contenir derrière un barrage… de nourriture. Je connais bien aussi et j’ai trouvé deux livres d’une auteure qui m’ont vraiment aidée, même si c’est des vieux livres moches. Je me dis que ça t’aidera peut-être aussi qui sait : « oser avoir faim » et « quand manger remplace aimer » de Geneen Roth les deux. Tu vas voir, il n’y a pas de choses miracles dedans, mais des mots qui touchent, des histoires qui sonnent vraies et des points qui font écho là où l’on ne le voudrait pas. Je te conseille aussi de prendre dans l’ordre les podcasts de Se sentir bien (https://sesentirbien.coach). J’ai trouvé mon rythme personnellement : une fois par semaine, en général le samedi matin, je prend mon petit thé et j’écoute un podcast en prenant des notes. Ensuite je lis le livre et me choisi un exercice pour la semaine. Et c’est comme ça que j’avance, un pas après l’autre… Je te souhaite bon courage et pleins de belles pensées en tout cas, pour tes projets et ton barbus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *