Bilan de Samhain 2017 – Mort & résurrection

(Grosse parenthèse avant d’entamer mon bilan de Samhain, aux personnes qui m’ont écrit pour une guidance, je ne vous oublie pas. J’ai eu des soucis personnels qui m’ont vidé énergétiquement sans parler du job. Et vu que je veux faire ça bien, j’ai préféré attendre. J’essaie de faire ça le plus vite, excusez-moi !)

En ce jour de nouvelle lune, je commence à dresser le bilan de Samhain. Cette année, rien ne s’est passé comme j’avais prévu et tout a été très… compliqué et fort. « Mort et résurrection » sont les maîtres mots sans aucun doute.

Dans mon idéal de sorcière, j’avais prévu de creuser des citrouilles, faire un gâteau à la citrouille, faire de la divination notamment avec mon nouveau tarot dont je vous parlerai plus en détail après et donc faire un tirage sur l’année à venir, une sorte d’introspection en soit.  J’avais également prévu d’honorer la Déesse sombre, de purifier et consacrer mon Livre des Ombres.

Je n’ai pas fait la moitié de ces choses… j’ai pu honorer la Déesse mais pas autant que je le souhaitais et j’ai pu purifier et consacrer mon livre, heureusement là comme je l’avais prévu et j’en suis contente.

Il y a quatre ans, j’ai flashé littéralement sur un tarot. Lyra en a fait une review sur sa chaîne et ça a été une sorte de déclic. Il s’agit du Deck of The Bastard (J’ai prévu de vous en faire une review). Il a un côté sombre avec son dos constitué d’une araignée et de serpent avec un côté vieillit. On dirait un tarot qui a traversé des générations… j’adore !
Je ne l’ai jamais acheté car je me disais que ce n’était pas le moment puis il faut avouer que c’est un vrai budget. Puis cette personne qui était si chère à mon cœur me l’a offert quelques jours avant Samhain. Absolument aux anges, la vibration qu’il dégage m’en donne des frissons… bref, la joie totale.
Aujourd’hui quand je le regarde, je ne peux m’empêcher de penser qu’Elle me la offert et je regrette de ne pas me l’avoir acheté moi-même. Parce qu’au moment où j’écris ces quelques lignes, notre relation n’est plus du tout la même. On est passé d’un amour fraternel à… plus rien, le néant. Du coup, quand je le vois j’ai l’impression de garder avec Elle et je ne veux pas, jamais. Je ne sais pas comment je vais faire (si vous avez des idées, je suis preneuse) mais je souhaite travailler avec ce dernier. Je l’ai tellement désiré… il me fait vibrer…

Je suis morte, petit à petit… allant de déception en déception car j’y mettais trop d’espoir. J’ai mis mon énergie pour qu’elle s’en sorte mais elle a pris des décisions que je ne comprendrai jamais et dont je subis aujourd’hui les conséquences. Des promesses jamais tenues, tes paroles qui n’étaient que du vent… Je suis tombée si bas. C’est tellement douloureux.

Une rupture est comme un miroir brisé. Il vaut mieux le laisser brisé que de se blesser en tentant de le réparer

J’en suis arrivée à un point où lorsque j’écris ce bilan, je bois un Red Bull en mangeant des biscuits au chocolat devant une comédie romantique gnian gnian alors que lundi, après un rendez-vous médical, il a clairement été dit et décidé que je devais reprendre mon hygiène alimentaire en main car si je continue ainsi, je vais avoir des conséquences dramatiques. F#ck.
Pour ce dernier point, comment je vais faire ? Je n’en ai aucune idée. Je sais parfaitement que je dois faire attention. 24 années de bordel alimentaire, il y arrive un moment où ça ne peut plus continuer mais parfois, les vieilles habitudes me mènent la vie dure.

Si je vais tirer un bilan honnête, je dirai que j’en ai chié. J’ai souffert. J’ai vécu une mort spirituelle tellement la douleur a été violente. Mais au moins, j’ai compris que je ne pouvais pas sauver le monde qui m’entoure et qu’en aucun cas, je ne peux sauver quelqu’un qui n’en a pas fait le choix. Je peux tendre la main mais ne jamais forcer à la prendre.

Les lignes suivantes vont être écrites sous le coup de l’émotion mais j’ai également appris à ne plus donner ma confiance à n’importe qui. L’être humain est un profiteur et un manipulateur né, à part – heureusement – des exceptions. Il faudra me protéger à l’avenir.
Hormis le Barbu évidemment, je me retrouve seule. Je l’ai toujours été finalement. Les amitiés que j’ai pu avoir se sont toujours soldées par des déceptions plus grandes que moi.  Aujourd’hui encore, je m’en prends pleins la tronche. J’avance seule, pour moi seule sans compter sur personne.

Je souhaite que cette nouvelle lune marque le début de ma résurrection. Jusqu’à Yule, je veux mettre en place des bases pour ce nouveau départ, cette résurrection.

Et vous, votre Samhain ? Plus calme que moi j’espère ?

À bientôt,
Evá

About

You may also like

2 commentaires

  • Merci d’avoir écrit cet article… J’ai été interpellée par le titre qui, tu t’en doutes, m’a rappelé le titre de ma vidéo de Samhain.

    J’aurais voulu écrire cet article, mais je n’en ai pas eu le courage. Ma vie est semblable à la tienne et, tellement souvent, je suis face à l’évidence de l’inutilité. Même si aujourd’hui je ne suis plus dans une détresse extrême comme j’ai pu l’être avant, il y a des périodes. En ce moment c’est clairement une période « down ».
    Et quand c’est comme ça je ne perds rien de mon envie de créer. Seulement, quand on crée quelque chose (article, vidéo, peinture, whatever), on y met des bouts de nous.
    Et quand c’est comme ça je me dis: « A quoi bon? Qui va s’intéresser à ça? Les gens ne veulent pas de tes périodes down. Ils ne savent pas quoi faire avec. Si tu te fou d’apporter quelque chose aux autres, alors n’en fais pas une vidéo/un article, garde-le pour toi. »

    Je me suis particulièrement reconnue dans ce paragraphe:
    « J’en suis arrivée à un point où lorsque j’écris ce bilan, je bois un Red Bull en mangeant des biscuits au chocolat devant une comédie romantique gnian gnian alors que lundi, après un rendez-vous médical, il a clairement été dit et décidé que je devais reprendre mon hygiène alimentaire en main car si je continue ainsi, je vais avoir des conséquences dramatiques. F#ck.
    Pour ce dernier point, comment je vais faire ? Je n’en ai aucune idée. Je sais parfaitement que je dois faire attention. 24 années de bordel alimentaire, il y arrive un moment où ça ne peut plus continuer mais parfois, les vieilles habitudes me mènent la vie dure. »

    Chez moi c’est pas Red Bull et biscuit, c’est impossibilité de manger et cigarettes + shonen (dans les shonen, la vie est plus simple, et les défis semblent à notre portée).

    J’avance seule, moi aussi. Mais je crois qu’on se trompe quand on se dit que l’humain est un manipulateur né. En revanche, nous ne sommes pas éduqués pour être vulnérables. Nous sommes éduqués, justement. Nous ne sommes pas censés agir et penser comme des animaux avec un gros cerveau, mais juste comme des cerveaux logiques (dont le corps doit être maintenu en bonne santé).
    Je suis si triste de ne pas réussir à manger, et mon comportement n’a rien de logique puisque de la bouffe, j’en ai dans les placards. Dieu merci, je suis un vrai être vivant.

    Les articles des personnes qui osent se livrer dans l’espace public ont un effet libérateur pour la personne qui se reconnait dedans.

    Je n’ai pas la force ni l’envie de m’expliquer pour que mes partages « fassent sens », ça m’énerve. J’aimerais que les gens cherchent un peu par eux-même le beau et le vrai, au lieu qu’ils nous demandent de les y emmener par la main en « nous expliquant ».

    Nous vivons dans des bulles contre lesquelles je suis si en colère en ce moment (c’est le thème de ma « période de samhain »). Samhain, la fête de l’amitié? Je vous en foutrais! J’ai rarement été aussi déçue des autres. Rien ne dure dans ces liens humains, à moins qu’on ne parvienne à jouer les bouffons pendant assez longtemps. Amusons la galerie, nous obtiendrons les passe-droit. Aucune fiabilité, ces amis. Aucune profondeur quand on passe son temps à fuir l’humain.

    Nous vivons dans des bulles et moi, je sais pas comment faire pour les briser.
    Je sais bien que derrière la glace, il y a des petits animaux comme moi.

    Mais je m’étale.

    Bisous Eva,
    Tu n’es pas seule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *