Au détour d’une mélodie – Wardruna

J’ai attendu avant de créer un article sur ce groupe parce que je voulais prendre le temps de le faire. Je pense qu’il s’agit de mon groupe « païen » préféré de tous les temps (Tu sens la groupie ? Oui ? Oh bah ça va alors…). En vous parlant du mythique groupe de Wardruna, j’en profiterai pour vous raconter deux anecdotes qui aurait pu finir dans le Pagan Fun Facts ! Bref, sortez les drakkars, direction le nord de l’Europe !


Quelques mots sur le groupe

Originaire de Norvège, le groupe a été formé par Einar Selvik, Kirstian Espedal et Lindy Fay Hella en 2003. Le style de Wardruna peut se définir comme « néofolk » et d’ambiance norvégienne.

Einar est un passionné d’histoire et notamment sur celle touchant à la période « Viking ». Ainsi après de nombreuses recherches, il a voulu les mettre en pratique. Wardruna a pour but de rendre vivante chaque rune du vieux Futhark en retransmettant au travers de la musique leurs émotions, leurs histoires, leurs origines. Un pari risqué mais qui finalement fonctionne parfaitement bien et le succès du groupe en est la preuve.

Qu’est-ce que le vieux Futhark ?

On pourrait en faire un article complet mais il s’agit de la plus vieille forme d’alphabet runique utilisé par les peuples d’Europe du nord. Cet alphabet est décomposé en trois familles que l’on appelle des ættir. Chacun de ces ættir est composé de huit runes. Il y a donc… vingt-quatre runes au total (Tu suis, je suis contente !).
Le mot « Futhark » vient des six premiers phonèmes (f u  th,þ  a r k) du premier ætt. Le vieux Futhark est une écriture sacrée très liée au Divin ainsi que le monde qui nous entoure. Bien sûr là, je passe de manière très (très) sommaire dessus car il est infiniment plus complexe mais cela permettra à ceux et celles n’en ayant jamais entendu parler de se faire une petite idée.

Lors de mon voyage en Islande en 2010, j’ai découvert un lieu de culte où ces runes étaient gravées sur une pierre. À l’époque, le spirituel, la sorcellerie ne faisait pas activement partie de ma vie, comme si j’avais eu une amnésie à ce sujet. En voyant ces runes inscrites, elles m’ont appelées et là, j’ai compris qu’il manquait quelque chose, qu’il me manquait quelque chose pour être complète. Toute ma vie a été chamboulée et mon voyage dans le monde païen a ainsi débuté ainsi que ma renaissance…
Autant vous dire que le Futhark a une place dans mon cœur particulière. Il vibre à l’intérieur de moi et j’ai une relation presque pudique. J’ai un respect immense envers cette écrit, ces runes qui ont traversées les âges. Un héritage précieux, sans aucun doute. Bref, revenons à Wardruna !

Au même titre qu’Heilung, c’est de l’histoire vivante. Dès les premières notes, je suis transportée et d’ailleurs, si j’écoute Wardruna dans un moment méditatif, je peux partir loin… très loin.
Je pense d’ailleurs pouvoir utiliser leur musique pour faire une réminiscence de vie antérieure mais c’est une idée à creuser.

Le premier morceau que je souhaite vous partager est celui correspondant à la rune Raido r

Envoutant non ? Je trouve en plus que les images du clip sont très bien choisies pour ainsi correspondre à l’esprit général du morceau. C’est très bien étudié une fois encore.

Ensuite, nous avons Helvegen qui, cette fois, ne correspond à aucune rune en particulier.

Il est possible que vous ayez déjà entendu ce morceau car il a été repris dans la série TV Vikings.

Et pour finir, je souhaite vous partager LE morceau cher à mon petit cœur, Runaljod.

Comment vous dire que je suis en amour total ? Bon je pense que vous avez compris. Mais j’ai une petite anecdote au sujet de ce morceau.

Début d’année, je fêtais mes 25 ans. Étant un chiffre clé à mon sens et en plus, correspondant à un tournant dans ma vie, j’ai senti qu’il était temps de passer à l’acte de tatoué un sigil de runes auquel je pensais depuis un sacré moment déjà.

Arrivée chez le tatoueur, les enceintes craches du métal bien hard comme la plupart des tatoueurs que j’ai connu. Il m’installe, prépare ses affaires puis s’occupe de l’intérieur de mon poignet en le désinfectant.
Au moment où il prend le dermographe en main, qu’est-ce que j’entends ? Runaljod qui débute. J’ai rigolé pensant que c’était une blague et j’ai demandé si il avait fait exprès. Il n’a pas compris le lien entre ce qu’il s’apprêtait à m’encrer et ce qu’on entendait. Il m’a dit qu’il aimait simplement bien certains morceaux, que ça changeait puis voilà… la playlist était en musique aléatoire et donc, il n’y était pour rien. Il ne savait même pas ce qu’était le Futhark.

Pendant les 10 minutes de ma séance, Runaljod se diffusait et j’ai ressenti cela comme un vrai rite. Et finalement, je peux qualifier ce moment comme l’un des rituels les plus improbables que j’ai pu faire. Parce que oui, je ne pouvais pas m’empêcher, en étant dans cette ambiance, d’adresser mentalement quelques paroles au panthéon nordique et y glisser des intentions particulières au fur et à mesure que les runes prenaient vie dans mon épiderme.

Dès la séance terminée, Marilyn Manson a repris au travers des enceintes. Le rituel était fini et a jamais encré.

J’espère que ces quelques morceaux vous auront donné envie de découvrir davantage ce merveilleux groupe !

About

You may also like

2 commentaires

  • J’ai toujours ressenti de très fortes émotions sur Helvegen et Raido, (mais vraiment très très fortes ! ) Je suis plutôt Celte de coeur, mais Wardruna a su faire résonner en moi autre chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *